| Actualité / journal SEV

Le Conseil fédéral veut renforcer le système ferroviaire suisse

« Le chemin de fer intégré fonctionne ! »

Le Conseil fédéral a envoyé aujourd’hui le message relatif à l’organisation de l’infrastructure ferroviaire (OBI) au Parlement. Daniela Lehmann, qui coordonne la politique des tansports au SEV donne son avis.

Le Conseil fédéral ne veut pas séparer l’infrastructure de l’exploitation, mais conserver le principe de chemin de fer intégré. Pourquoi est-ce primordial pour un service public efficient ?

Daniela Lehmann : En Suisse, chaque jour démontre que le chemin de fer intégré fonctionne de manière remarquable dans les transports publics. Il faudrait alors plutôt se poser la question suivante : y a-t-il de bonnes raisons de remettre en question ce système ? Ceux qui plaident en faveur de la séparation, pour des raisons purement théoriques, sont-ils conscients de porter atteinte à un principe qui a fait ses preuves ? En outre, aucun exemple pratique ne prouve qu’une séparation entre infrastructure et exploitation pourrait fonctionner dans un petit pays comme la Suisse, qui dispose d’un excellent horaire cadencé étendu sur un réseau qui, aujourd’hui déjà, est très dense. Le chemin de fer intégré repose sur la collaboration entre les diverses parties plutôt que la concurrence. De plus, lorsque l’infrastructure et l’exploitation sont sous le même toit, tout le système en profite.

Le Conseil fédéral a abandonné l’idée de convertir les CFF et le BLS en holdings. Quelles en auraient été les répercussions ?

Il faut rappeler qu’il est totalement incompréhensible que, dans leur premier projet, le groupe d’experts mandatés voulait prescrire aux CFF et au BLS une nouvelle structure organisationnelle en obéissant aveuglément à l’UE. Les structures de holding sont clairement un premier pas en vue d’un démantèlement du chemin de fer intégré. Un autre argument contre un tel modèle est le surcroît inutile de charges administratives. Par ailleurs, d’un point de vue syndical, le danger est que les mêmes standards sociaux ne soient plus appliqués dans toute l’entreprise.

kt/mv

Ecrire un commentaire