| Actualité / journal SEV

Organisation internationale du travail

100 ans d’engagement sur le front du travail

C’est l’une des plus anciennes institutions spécialisées des Nations Unies: en 2019 l’Organisation internationale du travail (OIT) fêtera ses 100 ans d’existence et d’histoire. Ce sera l’occasion de réaffirmer les valeurs fondamentales de l’OIT: travail décent et justice sociale, qui sont les conditions de base pour la paix et le développement d’une société pour tous.

Dans la perspective de son centenaire, l’OIT - qui a son siège à Genève - a produit de nombreux documents autour de l’avenir du travail. Y sont relatés les défis historiques qui impliquent inévitablement les syndicats dans leur rôle de représentants des travailleurs et des travailleuses. Digitalisation, économie informelle, dialogue social, travail décent, égalité des sexes, respect des droits... voici les thèmes-clé qui seront sous les projecteurs en 2019. Des thèmes toujours d’actualité puisqu’ils sont étroitement liés aux changements économiques et sociaux.

L’Organisation internationale du travail (OIT, en anglais ILO) est l’agence des Nations Unies qui s’occupe de promouvoir un travail décent et productif pour les hommes et les femmes tout en respectant la liberté, l’égalité, la sécurité et la dignité humaine. Ses principaux objectifs sont de promouvoir les droits des salarié-e-s, d’encourager la création d’emplois décents, de développer la protection sociale et de renforcer le dialogue social dans le domaine du travail. Et c’est la seule agence de l’ONU qui dispose d’une structure tripartite: elle compte des représentants des gouvernements, des employeurs et des employés, qui fixent conjointement la politique et les programmes de l’organisation. Le tripartisme démontre que le dialogue social, l’implication des partenaires sociaux et la conclusion de conventions collectives à tous les niveaux sont les meilleurs instruments pour obtenir la justice sociale. Cette dernière ayant été mise à dure épreuve par les turbulences économiques. Le sentiment d’injustice est une cause majeure d’instabilité. Ce même sentiment est le moteur du nationalisme et du populisme.

2019 ne sera pas seulement l’année des femmes en Suisse avec la perspective de la grève nationale. Pour son centenaire, l’OIT également a décidé de donner un nouvel élan à son initiative sur les femmes au travail. Comme cela a été mis en évidence par le directeur général à l’occasion de la 107e session, les discriminations subsistent malgré les progrès aux niveaux législatif et politique, et malgré que les femmes et les questions liées à l’égalité fassent partie intégrante des deux conventions de l’OIT. «Les femmes continuent à affronter d’énormes difficultés pour trouver et conserver un travail décent. Nos actions doivent être immédiates, efficaces et de large portée. Il n’y a pas de temps à perdre. L’agenda 2030 est une occasion de réunir nos forces et de développer des politiques intégrées afin d’obtenir l’égalité des genres», a déclaré le directeur général Guy Ryder.

L’OIT est une organisation qui revêt une grande importance aussi pour la Suisse, comme l’illustre très bien un dossier de l’Union syndicale suisse (USS). L’USS souligne en particulier qu’en Suisse, le droit du travail a beaucoup de lacunes en comparaison avec bien d’autres pays et que maintes pratiques ne se conforment pas aux conventions de l’OIT, comme par exemple les licenciements prononcés en représailles contre les syndicalistes.

Françoise Gehring
francoise.gehring@ sev-online.ch

Un peu d’histoire

1919 L’OIT est fondée dans le cadre du traité de Versailles, qui a été signé à l’issue de la Première guerre mondiale, pour incarner l’idée d’une paix universelle et durable qui ne peut exister sans justice sociale.

1944 La Déclaration de Philadelphie affirme que le travail n’est pas une marchandise et définit les droits humains et économiques fondamentaux que tous les Etats doivent respecter.

1946 L’OIT devient la première agence spécialisée de l’ONU.

1969 L’organisation reçoit le prix Nobel de la paix.

1998 La Déclaration relative aux principes et droits fondamentaux au travail définit des normes fondamentales pour le travail.

2008 La Déclaration sur la justice sociale pour une mondialisation équitable exprime une vision contemporaine du mandat de l’OIT dans l’ère de la globalisation.

2012 Guy Ryder, actuel directeur de l’OIT, est élu pour diriger l’organisation et son mandat est confirmé en 2016 pour encore cinq ans.

2015 Le Programme de développement durable à l’horizon 2030 pose un travail décent pour tous au coeur des politiques pour d’un développement durable et d’une croissance inclusive.

2019 L’«ILO 100 Global Tour» (tour du monde du centenaire de l’OIT) prévoit des événements dans 24 nations; du 24 au 29 novembre: semaine internationale de la protestation sociale. A Genève, siège de l’OIT, on prévoit des événements sous le titre «100 ans de sécurité sociale: en route vers la protection universelle».

Ecrire un commentaire