| Actualité / journal SEV

Journée de la branche VPT bus

Oui à la résilience, non à la résignation !

Face aux difficultés professionnelles, un travail sur soi pour savoir rebondir est nécessaire - c’est la capacité de résilience. Mais si les problèmes au travail sont communs à un groupe et perdurent, l’action syndicale s'impose.

C’est le conducteur de bus Ernst Rufener (STI Thoune), au centre, qui a pris l’initiative d’inviter Patrizia Rizzo. A droite, Christian Fankhauser qui a présenté les résultats de l’enquête sur la pénibilité au travail des conducteurs.

Lorsque Patrizia Rizzo a demandé aux quelque 40 délégués qui ont participé à la journée de la branche VPT bus qui s’est déroulée le mercredi 23 février à Olten « qu’est-ce qui vous rend le travail difficile ? » elle ne s’attendait pas à recevoir une telle avalanche de doléances. C’est qu’ils s’en ramassent les conducteurs de bus lorsqu’ils sont au volant : agressions verbales ; densité du trafic ; difficulté à tenir l’horaire ; amplitude des journées pouvant aller jusqu’à 13 - 14 heures dans certaines entreprises. « Mon dieu, tout ça en Suisse » s’est écriée Patrizia Rizzo, docteur en philosophie, coach et conseillère pour personnel d’entreprises.

Enquête sur la pénibilité au travail

Christian Fankhauser a présenté les premiers résultats de l’enquête menée par la VPT branche bus pour mieux cerner les contraintes professionnelles des conducteurs. Sur les quelque 800 questionnaires remplis, plus de 80 % des conducteurs se plaignent des journées de travail qui ont une trop grande amplitude. « Là, il y aura clairement une campagne SEV à mener contre cet aménagement excessif du temps de travail », a déclaré le secrétaire syndical. Lorsqu’on sait que le patronat veut assouplir la loi sur la durée du travail, la bagarre s’annonce difficile. Non à la résignation !

Plusieurs délégués ont quand même relevé que le travail leur procurait aussi un bon nombre de satisfactions : clients reconnaissants ; indépendance ; plaisir de travailler dans un service public. Patrizia Rizza a précisément insisté sur le fait qu’il était bon d’effectuer un travail sur soi pour discerner ce qui va de ce qui ne va pas, savoir prendre ses distances, augmenter sa résistance au stress. Une vie équilibrée, faire du sport, ça peut aider à la résilience, cette capacité de savoir rebondir lorsqu’on se sent écrasé par un problème.

Les collègues de la VPT branche bus n’ont pas consacré toute leur journée au travail d’introspection suggéré par Patrizia Rizzo. L’activité syndicale n’a pas été oubliée. Suite à la présentation de l’état des lieux des travaux de révision de la loi sur la durée du travail (LDT) par la viceprésidente du SEV Barbara Spalinger, Johan Pain a annoncé que la section VPT TL a fait une proposition pour le congrès SEV, proposition demandant que l’on inscrive dans l’ordonnance de la LDT le droit à une pause aux terminus des lignes de bus. La durée de la pause doit correspondre au dixième du temps de parcours (1 heure de conduite = 6 minutes de pause). La résilience pour agir sur soi, l’action syndicale pour que ça profite à tout le monde. La journée de la branche VPT bus montre la voie.

Alberto Cherubini

Ecrire un commentaire