| Actualité / journal SEV

Réorganisation des gares de triage

Le SEV exige des perspectives d’emploi dans les gares de triage

Dès début 2015, CFF Cargo reprendra la planification et la production des gares de triage de Limmattal et de Lausanne, assurée jusqu’à présent par CFF Infrastructure, qui restera responsable de la régulation du trafic. Deux des sept gares de triage actuelles, celles de Däniken et de Zurich Mülligen vont fermer. L’ensemble du personnel de manœuvre de RBL et de Lausanne sera repris par CFF Cargo. Le SEV exige la sauvegarde des places de travail ainsi que l’amélioration des perspectives professionnelle.

Des sept gares de triage actuelles (Lausanne Triage, Bâle, Buchs, Zurich Limmattal, Chiasso, Däniken et Zurich Mülligen), il n’en restera plus que cinq. Däniken et Zurich Mülligen fermeront leurs portes. La date de la fin de leur exploitation n’est pas encore connue. « En cas de renonciation définitive aux installations, les CFF élaboreront d’autres possibilités d’affectation, en accord avec les cantons et les communes. Les CFF soumettront une offre d’emploi aux 35 collaborateurs des gares de manœuvre de Däniken et de Zurich Mülligen. Les installations ainsi libérées seront utilisées jusqu’à nouvel avis pour le garage de véhicules », ont indiqué les CFF dans leur communiqué de presse du 5 mai dernier.

Profonds changements à Lausanne et Zurich Limmattal

Des cinq autres gares de triage, celles de Lausanne et de Zurich Limmattal vont connaître de profonds changements dès janvier 2015. Les CFF ont ainsi présenté le 3 mai dernier la réorganisation aux employés concernés, et leur reprise partielle par CFF Cargo, alors qu’ils dépendent aujourd’hui de la Division Infrastructure, mettant ainsi fin à l’incertitude, même si les employés avaient déjà eu vent des grandes lignes du projet. La situation reste inchangée aux gares de triage de Bâle, Chiasso et Buchs.
Seule utilisatrice des gares de triage de Limmattal et de Lausanne, CFF Cargo assurera ainsi tout le processus de production du trafic marchandises, du retrait des wagons chez les clients jusqu’à la remise aux destinataires, en passant par le triage. CFF Infrastructure restera néanmoins responsable des gares de triage. La division restera l’interlocutrice des entreprises de transport ferroviaire et continuera d’assurer la régulation dans les deux gares de triage.

Avec cette réorganisation, malgré la fermeture programmée de Däniken, il devrait rester quelques emplois à la gare de triage d’Olten et de Däniken. Les autres employés de celle-ci obtiendront un poste à la gare de triage de Bâle.

Les CFF continueront d’occuper les quelque 220 collaboratrices et collaborateurs des gares de triage de Limmattal et Lausanne. 170 d’entre eux passeront de CFF Infrastructure à CFF Cargo. Tous les employés de manœuvre (du spécialiste au chef opérationnel en passant par le mécanicien) des gares de triage de Lausanne et Zurich Limmattal deviendront des collaborateurs de CFF Cargo SA au bénéfice d’un contrat de droit privé et non plus public. Les différences réelles entre les deux contrats tendent à diminuer, les négociations des deux CCT (CFF et CFF Cargo) visent en effet à traiter le personnel des deux entreprises de manière similaire.

Toutes les catégories professionnelles ne seront toutefois pas logées à la même enseigne. Pour les chefs circulation des trains, une partie d’entre eux resteront chez Infrastructure, les autres rejoindront Cargo en tant que régulateurs ou chefs d’équipe.

Quant au personnel de conciergerie et de réinsertion, ainsi que celui actif dans la planification des travaux, il restera à Infrastructure.

« Il faut offrir des perspectives d’avenir »

Le SEV peut accepter l’idée d’un transfert partiel des gares de triage sur sol suisse de CFF Infrastructure à CFF Cargo. Le plus important, c’est que les places de travail soient conservées et que ce transfert ne détériore pas les perspectives professionnelles des personnes touchées mais, au contraire, qu’il puisse les améliorer.

Les gares de triage jouent un rôle important dans le bon fonctionnement du trafic marchandises. Le travail lié à l’exploitation est exigeant et très intensif pour le personnel. La manœuvre a toujours été et sera toujours un travail difficile. La Confédération a donné mandat aux CFF d’exploiter les gares de triage et ces dernières font partie intégrante de l’infrastructure. Mais, simultanément, la Confédération a décidé que le trafic par wagons complets devait être effectué par CFF Cargo en Suisse. Cette dernière est ainsi la seule cliente des gares de triage dans notre pays.

Le SEV peut donc comprendre un transfert partiel des tâches des gares de triage suisses à CFF Cargo. « Pour la division marchandises, ceci signifie une responsabilité continue qui pourra simplifier les processus », indique Philipp Hadorn, secrétaire syndical responsable du dossier Cargo. Pour le SEV, il est important que le personnel touché par ce changement de division ne subisse pas de détérioration de ses conditions de travail. « Pour les personnes concernées, il faudra trouver de manière individuelle les meilleures perspectives d’avenir possible », souligne Urs Huber, secrétaire syndical responsable du dossier CFF Infrastructure.

Il fait remarquer que beaucoup de personnes touchées exercent depuis des années un travail physique exigeant, par tous les temps et souvent de nuit. Et si la gare de triage de Däniken continue dans un premier temps d’être exploitée, « il faudra en profiter pour rechercher une solution pour tous avant la fermeture; cela doit être possible! », ajoute-t-il.

Le SEV doute par contre du bien-fondé de l’idée d’un concept avec seulement deux gares de triage en Suisse.

Philipp Hadorn attend de CFF Cargo qu’elle offre des perspectives à ses nouveaux collaborateurs: « CFF Cargo doit montrer sa volonté de créer de nouvelles possibilités de carrières pour le personnel des gares de triage. »

Pour le SEV, il est clair que le trafic par wagons complets restera une activité centrale de CFF Cargo. Il s’est clairement prononcé en faveur d’un renforcement de ce domaine dans la consultation sur la Loi sur le transport des marchandises.

Vivian Bologna

Commentaires

  • seb

    seb11/01/2017 23:38:52

    J'ai l'impression que la suisse va déteindre sur la france, voilà déjà quelques années qu'on a fermé des gares, supprimé ( bêtement des postes ) en promettant monde et merveilles, au fait c'est un merdier sans nom, je déconseille de faire ceci, en plus de passer d'un contrat public a un privé, laisse tomber!!! on a aussi essayé de nous faire croire qu'il n'y avait quasiement plus de différences, mon oeil tient !! franchement à proscrire !! moi qui pensait que la suisse était encore un des rares pays a avoir un chemin de fer potable,apparemment je me trompe !

Ecrire un commentaire