| Actualité / journal SEV

CFF Immobilier

« Un pas important vers un climat de confiance »

© SBB CFF FFS La collaboration s’est amliorée entre le SEV et les responsable de Facility Management.

En juin 2020, le secrétaire syndical SEV Patrick Kummer a signalé diverses lacunes chez CFF Immobilier et dans la réorganisation «Silhouette» en cours (journal SEV 9/25 juin 2020). Environ un an plus tard, il dresse le bilan. Entretien.

Patrick, une année s’est écoulée. Comment se présente la situation aujourd’hui pour CFF Immobilier ?

La situation s’est apaisée. Les deux grands secteurs de CFF Immobilier sont Facility Management et Gérance. En ce qui concerne Facility Management, nous constatons des améliorations notoires depuis l’arrivée de la nouvelle responsable, Beatrice Bichsel. Quant au secteur Gérance, il y a des thèmes qui nous inquiètent.

Qu’est-ce qui s’est amélioré chez Facility Management ?

Selon les retours du personnel, la nouvelle responsable Facility Management s’approche d’eux et recherche le dialogue. Elle est accessible et abordable, ce qui contribue grandement à la création d’un climat de confiance réciproque. De notre point de vue, c’est l’approche adéquate pour solutionner les problèmes que nous avions évoqués en juin 2020. De même, selon nous le dialogue avec les partenaires sociaux s’est beaucoup amélioré chez Facility Management. Entre-temps, nous avons de très bons rapports et trouvons des solutions ensemble en cas de problèmes.

En ce qui concerne le secteur Gérance, tu es plus dubitatif...

Suite à la dernière enquête sur la motivation du personnel, nous avons signalé à la direction de CFF Immobilier que les résultats étaient préoccupants dans la région Ouest. La charge de travail atteignait un résultat alarmant de 40 points sur 100. Ces chiffres provenant du questionnaire montraient clairement qu’elle était trop élevée. Si cette situation n’était pas suffisamment prise au sérieux, elle pouvait engendrer des problèmes de santé pour le personnel. Lorsque nous avons discuté des résultats, nous avons demandé non seulement que la situation soit analysée mais également que des mesures concrètes soient prises. Mais jusqu’à présent, nous n’avons constaté aucune amélioration.

Parallèlement, de nombreux collaborateurs de la région Ouest, dont certains ont 20 ans d’expérience professionnelle chez CFF Immobilier et 30 ans aux CFF, se trouvent au niveau le plus bas dans la fonction de gérant-e d’immeubles. Avant d’être renommée, la fonction s’appelait gérant d’immeubles junior. Bénéficier de 20 ans d’expérience en tant que junior, c’est très particulier. Dans les faits, le personnel concerné effectue des tâches similaires en termes de complexité et de contenus que ceux enclassés plus haut. Ces personnes ont énormément d’expérience, endossent de grandes responsabilités dans leur domaine d’activité et sont toujours pleinement engagées malgré une charge de travail élevée.

Quelle est la réaction du SEV par rapport à ces incohérences?

Le SEV s’engage en faveur d’améliorations au niveau de la charge de travail dans la région Ouest et concernant la classification du personnel. Nous sommes clairement d’avis que ces collaborateurs sont enclassés trop bas. Le départ de personnel de longue date montre bien qu’on ne peut pas laisser la situation perdurer de cette manière.

Qu’est-ce qui doit changer ?

Il faut que les revendications du personnel chez Gérance région Ouest soient entendues et prises en compte. A partir de là, un véritable dialogue doit s’instaurer afin de trouver ensemble des solutions qui prennent en considération les intérêts des collaborateurs et collaboratrices concerné-e-s.

Récemment, lors d’une émission radio, la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga a préconisé de se concentrer sur l’activité principale, également en parlant de CFF Immobilier. Dans une autre émission, Vincent Ducrot a affirmé que CFF Immobilier était l’assurance-vie des CFF. Quelle est la position du SEV à ce propos?

Sur le fond, les deux déclarations sont correctes. A notre avis, les CFF doivent absolument se concentrer sur leur activité principale. Et les gares en font partie. Toutefois, pour cela, ils sont tributaires des fonds générés par l’immobilier, une activité parallèle. Pendant l’exercice 2020, qui a été fortement marqué par la pandémie, CFF Immobilier a versé des compensations financières importantes à Infrastructure et à la caisse de pensions. Une infrastructure saine forme une base solide pour la tâche centrale. Et c’est grâce à l’immobilier que ces versements internes ont pu se faire. Les ressources financières dégagées par CFF Immobilier restent ainsi intégrées dans le système aux CFF.

Le SEV est également très heureux que les projets immobiliers des CFF, qui ont été suspendus dans un premier temps en janvier 2021, puissent néanmoins être réalisés comme prévu. En cette période de crise, cette décision est capitale. Elle ouvrira des perspectives pour les communes et régions concernées ainsi qu’aux collaborateurs et collaboratrices impliqué-e-s dans ces projets.

Ecrire un commentaire