| Actualité / journal SEV, Coronavirus

gastronomie ferroviaire

Entreprises responsables

A cause du covid-19, depuis le 14 mars dans les trains CFF les quelque 100 voitures-restaurants et voitures-bistros d’Elvetino SA sont fermées. Sur les 720 collaboratrices et collaborateurs, toutes celles et ceux qui ont plus de 60 ans sont libérés du service jusqu’au 26 avril. Les autres ont dû vider la nourriture des voitures les 15 et 16 mars et sont régulièrement sollicités pour le nettoyage des voitures. Tout le monde doit être accessible par téléphone de 8 heures à 18 heures et consulter les communications sur le smartphone d’Elvetino entre 11 heures et 17 heures. Les CFF continuent de verser le plein salaire à tous jusqu’au 26 avril. Celles et ceux qui ont un salaire-horaire reçoivent un salaire moyen calculé sur la base des 12 derniers mois. Des négociations sur ce qui va se passer dès le 27 avril sont en cours. Le SEV et Unia ont refusé qu’Elvetino impose de prendre des vacances pour une durée de 5 à 10 jours, d’autant plus qu’Elvetino n’a rien voulu promettre au sujet d’une protection contre le licenciement. On ne sait pour l’instant pas si une demande de chômage partiel va être faite. Car pour la Confédération cela ne change pas grand-chose que ce soient les CFF, propriétaires à 100 % d’Elvetino et appartenant eux-mêmes à 100 % à la Confédération, qui versent les salaires ou qu’ils soient versés par la caisse de chômage. «Ce serait vraiment mesquin de baisser encore le salaire du personnel Elvetino, qui n’est déjà pas très élevé, afin que le covid-19 coûte moins cher à la Confédération», déclare le secrétaire syndical SEV Mario Schmid.

Les stewards des voitures-restaurants du Glacier Express sont aussi peu payés. Pour ces personnes, l’employeur Panoramic Gourmet SA a fait une demande de chômage partiel puisque les trains du Glacier Express ne peuvent plus circuler à cause du covid-19. Le SEV a demandé au RhB et au Matterhorn Gotthard Bahn, qui exploitent ensemble le Glacier Express, de compléter les indemnités de chômage partiel des stewards afin qu’ils obtiennent le 100 % de leur salaire.

Ecrire un commentaire