| Actualité / journal SEV

Sur les traces de…

Andrea Pace, coordinateur trains

Andrea Pace ist ein Mann der Tat und liebt das Unberechenbare seiner Arbeit als Störungsmanager.

Depuis son enfance, Andrea est passionné par les trains. Aujourd’hui encore, il est étroitement lié aux chemins de fer - sur le plan professionnel et privé. En tant que responsable du recrutement pour la sous-fédération AS, il représente une figure de proue pour les membres. Il insiste sur l’importance des syndicats et déclare: «Si tu es membre d’un syndicat, alors tu as ton mot à dire!»

Andrea Pace m’appelle depuis ses vacances, qu’il est malheureusement contraint de passer à la maison à cause de la crise liée au coronavirus. En effet, à son grand regret, il a dû mettre sa passion en veilleuse, c’est-à-dire les voyages.

Âgé de 53 ans et d’origine sicilienne, Andrea a déjà beaucoup voyagé en train alors qu’il était enfant. Il aimait aussi traîner dans les gares et très tôt il a su qu’il finirait aux CFF. Fidèle à sa vision d’enfant, en 1983 il a commencé un apprentissage de contrôleur aux CFF. Ainsi, il a pu vivre sa passion et voyager dans toute la Suisse.

Après une reconversion comme agent du mouvement et divers engagements à Lucerne et Zurich, Andrea a occupé la fonction de chef-circulation au poste directeur à Lucerne. Après coup, il a rejoint le team BLKT qui deviendra par la suite Intervention. Andrea y a passé dix ans.

Un quotidien imprévisible

Actuellement, il travaille à l’aéroport de Zurich comme coordinateur Trains au trafic voyageurs. Ou, comme il le dit lui-même, en tant que «gestionnaire des dérangements du trafic voyageurs». Sa tâche n’est pas aisée: pour chaque perturbation d’exploitation dans la région Zurich/Suisse orientale, lui et ses collègues doivent trouver au plus vite la solution optimale pour remédier au dérangement. Il s’agit en premier lieu de s’occuper de la coordination pour les voyageurs des trains concernés. Collaborer avec les centres d’exploitation et la répartition du personnel sont des tâches essentielles, de même qu’avec la régulation du matériel roulant. A cela s’ajoute la chose la plus difficile, ajoute Andrea: «C’est une triple constellation assez complexe qui doit trouver la meilleure solution dans un temps très court. Toutefois, il y a tellement de facteurs en jeu que l’issue n’est pas toujours optimale pour tous.»

Malgré cet énorme enjeu, Andrea aime beaucoup son travail. «C’est extrêmement stimulant de rencontrer chaque jour une autre situation. En effet, chaque perturbation est unique en son genre et survient chaque fois à un autre endroit. Ce côté imprévisible est ce que j’apprécie le plus dans ma profession. »

Pour le travail, il ne voyage plus autant qu’au début de son parcours professionnel. Donc il profite de le faire d’autant plus pendant son temps libre. Depuis le temps, il connaît très bien la Suisse, surtout depuis le train. Il voyage aussi très souvent en train quand il est à l’étranger. En effet, même si ce moyen de transport ressemble à celui en Suisse, l’ambiance n’est pas la même. L’année dernière, Andrea est ainsi parti à la découverte de la Californie - non pas en voiture, comme la plupart des gens, mais en train. Les voyages ne sont pas sa seule passion. Il faut également ajouter la musique. Jouant du trombone, il a formé un groupe. Il pratique son instrument dans diverses formations, entre autres au sein d’un orchestre à cordes et de big bands.

Andrea vit avec son partenaire à Otelfingen, dans le canton de Zurich.

Le droit de co-discussion:

une motivation permanente

Mais revenons aux trains: depuis son enfance, Andrea Pace a un lien très fort avec les chemins de fer. Pour lui, travailler aux CFF va de pair avec être membre du SEV. Les raisons qui l’ont poussé à l’époque à s’affilier à un syndicat restent valables pour lui aujourd’hui. «Comme membre d’un syndicat, tu as véritablement un droit de co-discussion, par exemple lors des négociations CCT. Et la crise que nous vivons actuellement montre qu’il est important d’avoir une excellente CCT.»

A l’époque, quand Markus Wittwer, alors président de la section AS Ost, l’a contacté, il a posé le premier jalon sur son parcours syndical. D’abord au sein du comité AS Ost, où actuellement il est encore responsable du recrutement et de l’encadrement des membres. Et par la suite, dans d’autres organes. Ainsi, il est membre du comité central AS, porte-parole des membres AS en tant que délégué CCT, membre de la commission du personnel et encore responsable du recrutement pour AS. Il met sur pied divers événements pour les membres afin de «donner corps au syndicat et de mettre en exergue la motivation des membres».

Andrea Pace est un homme d’action. «Ce qui compte le plus pour moi, c’est de pouvoir agir concrètement afin d’améliorer une situation!»

Chantal Fischer

Enable JavaScript to view protected content.

Commentaires

  • Rolf Deller

    Rolf Deller14/05/2020 10:43:02

    Ich: pens. Eisenbahner / Initiant Blasorchester SBB zur Feier "150 Jahre Schweizer Bahnen" im Jahr 1997 / Schade, dass im Interview nicht erwähnt, dass Andrea ein paar Jahre im Blasorchester SBB mitgespielt hat. Ich freue mich für ihn, dass er nebst seiner Arbeit, als Ausgleich immer noch Zeit findet, dem Hobby Musik zu frönen.

Ecrire un commentaire