| Actualité / journal SEV

Ateliers Industriels CFF d’Yverdon

Jean-Pierre Etique: «On constate une amélioration»

Ça faisait des mois, voire des années que le SEV dénonçait la situation difficile des employé-e-s des Ateliersd’Yverdon. L’horizon est désormais dégagé et on part sur de nouvelles bases. Tant mieux.

« Notre travail n’a pas été vain. On constate une amélioration », explique Jean-Pierre Etique, secrétaire syndical, après une rencontre avec la Direction (bicéphale) des Ateliers mardi 1er septembre à Yverdon. Il semble en effet, selon les déclarations des employé-e-s, que la situation se soit améliorée: les problèmes de communication récurrents, révélés notamment par les enquêtes mandatées par le SEV, ont été résorbés et on favorise désormais le dialogue au lieu de la répression, particulièrement en matière de sécurité. Cela a été positivement ressenti par le personnel dernièrement.

« On sent une volonté claire et une ouverture de la part des directions du site, qui reconnaissent que les responsables directs ont une grande charge administrative qui les empêche parfois d’être disponibles pour la conduite du personnel », explique Jean-Pierre Etique.

Désormais, il y a des visites régulières des responsables sur les lieux de production, visites qui permettent souvent de faire part de nouvelles tâches à effectuer ou de corrections à apporter à certains travaux, dans certains cas, reste encore à ne pas oublier d’entretenir un contact régulier et positif avec le personnel.

Davantage de considération

Autre évolution: le personnel demandait à pouvoir commencer très tôt (5 heures du matin) en cas de canicule afin d’éviter les heures chaudes de l’après-midi. Or, ce changement d’horaire entraînait l’obligation de verser une indemnité de nuit, ce qui suffisait, par le passé, pour que la direction refuse. Cette année, la mesure a été acceptée sans discussion, à la satisfaction du personnel. Cela montre bien le regain de sensibilité de l’entreprise face au bien-être de son personnel.

Un personnel sous pression

Les enquêtes effectuées par le SEV, qui montraient l’ampleur de l’insatisfaction des employé-e-s et du stress qu’ils subissaient, sont en partie à l’origine de ces changements. Le sondage de satisfaction mandaté par les CFF a également engendré, en parallèle, le déploiement de certaines nouvelles dispositions. Pour le SEV, qui salue les mesures prises, il est cependant regrettable que la commission du personnel n’ait pas été consultée avant leur élaboration. Concernant les conditions de travail à l’avenir, le syndicat est donc confiant.

Autre exemple: la loi sur la durée du travail provoquait parfois certaines incompréhensions dans les rangs des employé-e-s. Il y a désormais une sensibilité accrue à ces dispositions, certes contraignantes, mais nécessaires et protectrices face au personnel.

Le SEV bienvenu lorsdes rencontres régulières

Vu cette évolution positive, la rencontre du 1er septembre, qui réunissait les directions et, côté employé-e-s, André Martin de la CoPe, Jean-Pierre Etique et Vincent Brodard, secrétaires syndicaux, s’est déroulée dans un climat serein et constructif.

Des rencontres auront désormais lieu régulièrement entre les élus de la CoPe et les directions et une place sera réservée pour le SEV. Pour rappel, le questionnaire de Karasek avait été distribué à l’automne 2012 dans les Ateliers Industriels CFF. Les résultats accablants avaient été dévoilés au printemps 2013 déjà. Il aura fallu tout ce temps pour changer le cours des choses … C’est grâce à la persévérance du syndicat qui est revenu à la charge régulièrement ainsi qu’aux résultats peu satisfaisants du sondage sur la satisfaction du personnel, qu’on constate désormais une réelle amélioration dans les conditions de travail à Yverdon. Il était temps.

Henriette Schaffter

Ecrire un commentaire