| Actualité / journal SEV

MBC

Pourparlers

Suite à une assemblée générale déterminée le 12 janvier, la direction des MBC ouvre la porte à une solution négociée sur la reconnaissance de l’ancienneté. Rencontres en février.

Assemblées générales en lien avec la non reconnaissance de l’ancienneté des chauffeurs, remise d’une pétition, ici le 1er novembre et rencontres. La mobilisation a permis l’ouverture de négociations pour trouver des solutions.

Le feu couve depuis septembre aux MBC, les transports publics de la région Morges-Bière-Cossonay (nos éditions n°14 et 16).

Manque de reconnaissance

Une assemblée puis une pétition signée par 88 conducteurs sur 112 remise le 1er novembre à la direction avait soulevé un problème de manque de reconnaissance. C’est ce qu’ont ressenti en effet une partie des anciens chauffeurs suite à l’engagement de six jeunes conducteurs sans expérience à un niveau de salaire supérieur au leur.

Blocage en décembre

Suite au dépôt de la pétition, deux séances de négociations ont eu lieu. Reconnaissant le biais dans la mise en place du nouveau système salarial, la direction n’a toutefois pas voulu entrer en matière, arguant de la complexité du système salarial et du manque de ressources financières.

Chauffeurs mobilisés

Réunis en assemblée générale le 12 janvier, une bonne vingtaine de chauffeurs des MBC avaient fait part de leur colère face au refus à ce moment-là de la direction.

Les salariés constataient que pour fixer les salaires des nouveaux chauffeurs, la direction a su se montrer créative. Sans doute la difficulté de trouver des conducteurs acceptant de travailler dans des conditions difficiles l’a obligée à offrir ces conditions salariales. Mais, pour conserver ses actuels chauffeurs, un effort devrait aussi être envisagé.

Par ailleurs, les conducteurs remarquaient que les fonds existent pour investir dans divers projets mais l’argent semble s’évaporer quand il s’agit des salariés.

Les participant-e-s à l’AG exigeaient la reprise des discussions afin de trouver une solution reconnaissant leur ancienneté sous une forme ou sous une autre.

Ouverture en janvier

La mobilisation et la détermination des salariés a été entendue par la direction qui a fixé une nouvelle rencontre au 28 janvier avec des représentants du personnel et du SEV.

A l’issue de cette séance tendue et difficile, il est ressorti qu’une solution négociée était préférable à un conflit. La direction des MBC ouvre la porte à la possibilité de revoir lors de négociations la définition des critères d’engagement et de corriger les biais.

Trouver une solution

Les pourparlers s’annoncent d’ores et déjà difficiles parce qu’il s’agit de reconnaissance tant symbolique que financière. Et que nombre de questions demeurent. Quels critères faudra-t-il retenir? Comment intégrer la formation ou l’ancienneté dans d’autres entreprises de transport? Comment tout cela va-t-il se traduire concrètement? Deux séances ont été fixées les 5 et 14 février pour esquisser des réponses à ces questions brûlantes. Nous y reviendrons dans notre prochaine édition.

Yves Sancey

Ecrire un commentaire