| Actualité / journal SEV

Navigation sur le lac Majeur

Soulagement après des mois d’attente

Après des mois de lutte, les employés du bassin suisse de la Navigation sur le lac Majeur licenciés en juin ont enfin obtenu un contrat de travail pour 2018, aux mêmes conditions salariales au sein de la Société de navigation du lac de Lugano, leur nouvel employeur. Et l’an prochain, il s’agira de négocier une nouvelle CCT.

Ils se sont battus avec courage et dignité. Ils ont attendu longtemps, trop longtemps même. Patiemment. Ils ont résisté à la résignation, même si certains matelots ont décidé de prendre d’autres voies pour refaire leur avenir professionnel.

C’est avec un grand «ouf» de soulagement que l’assemblée générale a accueilli la fin de ce chapitre. Même s’il reste encore beaucoup à faire, les protagonistes de cette lutte exemplaire menée avec dignité et détermination ont reçu un contrat de travail aux mêmes conditions qu’actuellement. Un combat humainement exigeant et une attente exténuante qui ont poussé d’aucuns à changer de voie professionnelle.

A la veille des fêtes de fin d’année, il ne pouvait y avoir de meilleure nouvelle pour les employé-e-s licencié-e-s de la NLM et leur famille, qui ont partagé de longs moments d’appréhension. Ceux qui restent sur le bateau savent que 2018 ne sera pas une sinécure, puisque l’année sera cruciale avec les négociations CCT. Dans ce contexte, il n’y a pas de quoi triompher, ni de quoi exploser de joie. C’est le soulagement pour un chapitre qui prend fin, mais un nouvel épisode débute maintenant. Il est clair que le personnel aura encore besoin de la solidarité de la population.

Les syndicats sont prêts à commencer les négociations pour la CCT qu’ils espèrent constructives avec le CEO de la SNL Agostino Ferrazzini. Les syndicats feront tout ce qui est dans leurs cordes pour améliorer les conditions-cadre de la navigation, carte de visite touristique du canton, trop souvent oubliée. La navigation est aussi un secteur de développement pour l’emploi et le Tessin en a bien besoin.

Le secrétaire syndical SEV Angelo Stroppini est soulagé : « Ce chapitre est clos. Il est important parce que le personnel attendait des signaux clairs depuis le mois de juillet. » Son regard se tourne néanmoins vers 2018 et vers la négociation d’une nouvelle convention collective de travail. « Les employé-e-s veulent des conditions de travail et contractuelles solides. C’est un minimum si on veut construire un avenir stable d’un point de vue de l’emploi sur les deux lacs. Un avenir qui ne peut pas uniquement dépendre des relations entre partenaires sociaux, mais aussi de conditions-cadre progressistes pour toute la navigation. Il faut des propositions alléchantes pour le développement du tourisme lacustre. Le potentiel est bel et bien là, tout comme l’expérience du personnel navigant », poursuit Angelo Stroppini, à la tête de la délégation syndicale. Selon lui, les communes concernées économiquement par l’économie lacustre doivent aussi investir davantage et pas seulement le canton. « Nous devons travailler à divers niveaux : syndical, entrepreneurial, mais aussi politiquement pour renforcer la navigation », conclut Angelo Stroppini.

Françoise Gehring

Commentaires

  • Müller Kurt

    Müller Kurt21/12/2017 08:26:38

    Dem Personal und den SEV Verantwortlichen sein Dank für diesen Erfolg und das Aushalten.
    Nun sind wirklich die Politiker der Anreinergemeinden und insbesondere die Stadt Locarno
    verpflichtet ihren Beitrag für den anschliessenden GAV zu leisten. Alle Gemeinde sind auf den
    Torurismus im Zusammenhang mit einer funktionierenden Schifffahrt und dessen Personal angewiesen. Wer das politisch nicht begreift, ist am falschen Ort.

Ecrire un commentaire