NON à l'initiative de résiliation

Après la votation du 9 février 2014 et le séisme politique qui s’en est suivi, la votation du 27 septembre sur l’initiative de limitation est sans aucun doute l’une des votations les plus cruciales pour les travailleurs et travailleuses de notre pays.

Derrière une formulation trompeuse et aguicheuse qui joue sur la peur de l’étranger et le besoin de protection de chacun se cache un texte qui précarisera chaque employé de ce pays. Je vous invite à glisser un non clair dans l’urne. L’initiative de limitation n’a de limitation que le nom. Rien dans le texte ne fait référence à une quelconque limite. Par contre, une chose est sûre: en cas de oui, la libre-circulation tomberait à l’eau si en un an aucun accord n’est trouvé avec l’Union européenne.

Tous les autres accords bilatéraux ainsi que la loi sur les travailleurs détachés seraient alors caducs, faisant tomber au passage les mesures d’accompagnement négociées à l’époque pour éviter justement le risque de dumping salarial. Au fond, nous avons le choix entre un monde où toutes les protections disparaîtraient et une protection que nous devons renforcer. Avant les accords bilatéraux et les mesures d’accompagnement, seuls 1,4 million de travailleurs étaient couverts par une CCT. Maintenant, ils sont 2 millions, protégés par ailleurs par une grille salariale et des salaires minimaux.

Dans le monde des transports, nous avons réussi à fixer de bons usages de branche grâce à des conventions collectives de travail de qualité. Et celles-ci ne sont bonnes que parce que notre taux de syndicalisation est élevé. C’est ça le chemin à suivre.

Qui peut réellement croire qu’il suffit de renoncer à la libre-circulation pour empêcher le dumping salarial ? Sans mesures d’accompagnement, il sera au contraire permis, assez simplement, de pousser les salaires vers le bas dans un marché du travail dérégulé. Avec de telles conditions-cadre sans protections, le besoin de l’économie de travailleurs étrangers « bon marché » deviendra plus grand.

Ne soyons pas naïfs. La meilleure protection n’est pas celle qui paraît facile - repousser les étrangers - mais celle qui permettra à tout travailleur de vivre dignement de son travail, indépendamment de sa nationalité.

Non à l’initiative de limitation - Non au dumping salarial.

Autres articles sur le sujet

« Un marché dérégulé poussera au dumping »

Teaser image

L’initiative populaire «Pour une immigration modérée», dite également de limitation sera soumise au vote le 27 septembre. Elle ne veut pas limiter le recours à la main d’œuvre étrangère mais supprimer les mesures d’accompagnement. Avec cette «initiative de résiliation», l’UDC vise une dérégulation du marché du travail qui pénalisera tous les salariés s’il n’y a plus de contrôle des salaires, résume Pierre-Yves Maillard, président de l’Union syndicale suisse (USS). Interview.

plus
Les associations de personnes migrantes prennent position contre l'initiative de résiliation de l'UDC

« Sans nous, pas de transports publics »

Teaser image

Alors que l’on s’apprête à voter sur l’initiative dite de limitation le 27 septembre qui pourrait avoir un impact sur le nombre de travailleurs étrangers en Suisse, il nous a paru important de comprendre le rôle essentiel qu’ils jouent dans un secteur comme les transports publics.

plus