| Communiqués de presse

Réflexions positives sur l'infrastructure ferroviaire suisse

Le SEV salue le maintien de l'entreprise de chemin de fer intégré

Les chemins de fer suisses ne doivent pas être divisés et leurs infrastructures ne doivent pas être regroupées: ces conclusions du «groupe d'experts Blumenthal» correspondent aux attentes du SEV, qui s'est également prononcé dans ce sens dans le cadre de l'audit.

Le groupe d'experts a pris son temps pour rendre son rapport sur l'organisation de l'infrastructure ferroviaire suisse. Celui-ci apporte peu d'éléments nouveaux, ce qui est une bonne chose en l'occurrence. «A maintes reprises, et aussi dans l'audit du groupe d'experts, nous nous sommes exprimés contre une séparation de l'infrastructure et de l'exploitation, et le rapport va dans ce sens» constate Giorgio Tuti, président du Syndicat du personnel des transports SEV.

Les étapes prudentes proposées par le groupe d'experts semblent appropriées pour le SEV. Aussi bien la création d'un poste de régulation («RailCom») que la reprise de l'attribution des sillons par la Confédération sont indiquées pour baisser les risques d'une éventuelle discrimination.

Le SEV aurait souhaité que le groupe d'experts traite aussi de la question de la libéralisation dans son rapport. Cela n'est pas le cas. Pour le SEV, la question de la discrimination se poserait avant tout si la Suisse ouvrait le trafic voyageurs longue distance à la concurrence. Le SEV se positionne contre une telle évolution, qui fait l'objet de discussions dans le cadre du 4ème paquet ferroviaire de l'Union européenne.

Le groupe d'expert se réfère à ce 4ème paquet concernant la proposition de pousser à moyen terme les chemins de fer à voie normale de Suisse dans une structure de holding. Seul ce modèle de chemin de fer intégré promet un avenir serein pour l'Europe, selon l'avis du groupe. Si l'on devait en arriver là, pour le SEV une chose est sûre: «le plus important sera que dans cette forme d'organisation également, des standards sociaux soient appliqués de manière obligatoire; il sera alors urgent de conclure une convention collective de branche pour en fixer le cadre» déclare Giorgio Tuti.

Le SEV va s'exprimer de manière détaillée sur ce rapport lors de la prochaine consultation.

Ecrire un commentaire