| Communiqués de presse, Climat

Public Transport for Future

Le SEV à la Grève pour l'Avenir: Il est grand temps d'utiliser le chemin de fer pour le problème climatique

Sous le mot d'ordre «Public Transport for Future» et en faisant siffler les locs, le Syndicat du personnel des transports SEV participe le 21 mai à la journée d'action du mouvement climatique. «Les transports publics constituent une partie de la solution, c'est le message que le SEV veut faire passer en participant à la Grève pour l'Avenir», déclare Daniela Lehmann, coordinatrice de la politique des transports au SEV.

Pour soutenir la revendication d'une extension massive des transports publics, le personnel des transports porte le 21 mai le badge «Public Transport for Future» en signe de solidarité. De plus, à 11 h 59 dans toute la Suisse, il fait siffler les locomotives. Le message est clair: il est grand temps d'utiliser le chemin de fer pour des mesures climatiques concrètes. 

En Suisse, l'ensemble du trafic représente 32% des émissions de gaz à effet de serre. C'est pourquoi dans les années à venir, des réductions sensibles devront avoir lieu entre autres dans le domaine des transports. «Dans l'ensemble les transports publics affichent toutefois de bien meilleurs résultats que le trafic individuel motorisé en ce qui concerne l'empreinte carbone: le trafic voyageurs par les transports publics représente un cinquième du volume de transport mais utilise seulement un vingtième de l'énergie nécessaire», explique Daniela Lehmann. En comparaison avec la voiture, le train a un bilan écologique presque neuf fois meilleur. C'est pourquoi le SEV demande que d'ici 2050, la part de trafic voyageurs par les transports publics soit élevée à 50% du volume total. 

«Nous avons besoin de réaliser un changement climatique social et collectif», poursuit Daniela Lehmann. Afin que le transport durable soit aussi socialement durable, les conditions-cadre suivantes doivent être remplies du point de vue du SEV: la protection du climat en tant que partie intégrante du service public; une transformation socialement supportable; la coopération au lieu de la concurrence et pas de déshumanisation des transports publics. 

Malheureusement, dans les discussions sur l'énergie et le climat, l'évolution du trafic marchandises est souvent occultée. «Le SEV considère que ceci est faux et demande depuis des années que le trafic marchandises se fasse par le rail partout où cela est possible. Car aucun autre mode de transport n'est aussi écologique et aucun pays n'a de meilleur réseau ferroviaire que la Suisse.» La privatisation insidieuse de CFF Cargo devrait ainsi être stoppée, par contre il faudrait développer le trafic marchandises par rail dans toute la surface de manière durable. 

Pour de plus amples renseignements: Daniela Lehmann, +41 79 771 51 44

Images de presse