| Communiqués de presse

(In)égalité salariale entre homme et femme

Label «We pay fair» pour les CFF, CFF Cargo, BLS et BLS Cargo

Collaboratrice de RailClean dans l'atelier de service des CFF à Bienne. Photo: CFF/Beat Schweizer

L’année dernière, des analyses sur l’égalité salariale ont eu lieu aux CFF, au BLS et dans leurs filiales fret, comme la Loi révisée sur l’égalité le prévoit pour les grandes entreprises. Le résultat va d’acceptable à réjouissant.

Aux CFF, l’inégalité salariale entre les hommes et les femmes était en 2020 de 0,4% en défaveur des femmes, comme l’a mesuré le Centre de compétence de la diversité et de l’inclusion de l’Université de St-Gall (CCDI). Les CFF reçoivent ainsi le label « We pay fair » car cette valeur est inférieure à la tolérance de 5% fixée par la Confédération. Cette valeur est aussi nettement inférieure aux 1,7% de 2019.

Des classifications plus équitables

« Cette amélioration est réjouissante et permet de conclure que les CFF ont entretemps analysé à nouveau les différences et qu’ils ont entre autres vérifié le classement des postes au moment de l’engagement » dit la vice-présidente SEV Barbara Spalinger. « Des corrections ont apparemment été apportées. Cet exemple mérite d’être suivi par d’autres compagnies ferroviaires ».

A CFF Cargo, une différence salariale genrée de 1,1% a été constatée et au BLS il s’agit d’une différence de 1,5% – mais cette analyse-là émane de l’entreprise BDO. Celle-ci a calculé pour BLS Cargo une différence de 1,6%. Toutes ces trois compagnies ferroviaires ont également obtenu le label.

Importance du système salarial

Barbara Spalinger déclare : « Les bonnes valeurs d’égalité salariale des compagnies de chemin de fer sont avant tout dues au fait qu’elles ont des systèmes salariaux car ceux-ci rendent les discriminations plus difficiles. Dans les entreprises sans système salarial, l’égalité salariale est généralement moins bien respectée ».

Pour toute information complémentaire:

Barbara Spalinger, vice-présidente SEV, 079 642 82 64