| Communiqués de presse

Le Conseil fédéral maintient le modèle de coopération

Trafic grandes lignes: la position du SEV confirmée sur toute la ligne

Dans le transport ferroviaire grandes lignes à l’échelle nationale, le Conseil fédéral maintient la concession unique aux CFF et reste également attaché au modèle de coopération qui prévaut actuellement dans le transport international des voya-geurs. Le syndicat du personnel des transports SEV se réjouit de cette décision. « L’adjudication de lignes à trafic longue distance a été une expérience ratée ; elle a montré que, dans le transport grandes lignes à l’échelle nationale, la voie à suivre n’est pas celle de la concurrence, mais celle de la coopération », déclare Daniela Lehmann, coordinatrice en matière de politique des transports au SEV.

« Pour le SEV, il a toujours été clair que le trafic ferroviaire grandes lignes se porte au mieux lorsqu’il est planifié, contrôlé et opérationnellement coordonné par une entité unique, comme jusqu’à présent, et chapeauté par une concession globale et à longue durée », poursuit Daniela Lehmann. « Ainsi, l’exemple de la libéralisation des transports ferroviaires en Suède démontre que la concurrence sur les grandes lignes entraîne des coûts indirects élevés dans les secteurs de l’acquisition, de l’utilisation, de la maintenance et de l’entreposage du matériel roulant, ainsi que dans celui du personnel, en raison de la péjoration des tableaux de service et de l’augmentation des salles de service. De plus, la concurrence rend l’exploitation inutilement plus complexe, notamment en cas de perturbations et de chantiers, mettant ainsi en péril la qualité de tout le système du transport public, car dans ces situations-là chaque concurrent privilégie en premier lieu ses propres profits, et non la qualité du service global fourni à la clientèle. L’un des principaux facteurs qui font le succès des transports publics en Suisse, c’est que toutes les parties concernées travaillent ensemble, et non les unes contre les autres ». 

« Avec la concurrence, le risque c’est qu’on est tenté de la placer au-dessus des conditions de travail et d’engagement du personnel, au-dessus des conditions sociales des employés », souligne Daniela Lehmann. « Autre inconvénient majeur : chaque fois qu’une ligne change d’exploitant, cela entraîne des dépenses considérables dans le domaine du personnel, car des centaines de collaborateurs doivent alors changer d’entreprise et de caisse de pension, et toutes les conventions collectives de travail existantes doivent être adaptées. Et je ne mentionne même pas les coûts administratifs impliqués par les adjudications ». 

« Bref, au SEV nous sommes fort soulagés d’apprendre que nos avertissements réitérés ont été pris en compte aujourd’hui au niveau de la Confédération. Le désaccord public entre les CFF et le BLS autour des lignes grande distance, avec la menace d’une interminable bataille juridique, a certainement pesé dans la décision du Conseil fédéral ».

Pour de plus amples informations:

Daniela Lehmann, coordinatrice de la politique des transports du SEV, 079 771 51 44

Communiqué du Conseil fédéral:

https://www.uvek.admin.ch/uvek/de/home/uvek/medien/medienmitteilungen.msg-id-84118.html