| Communiqués de presse

Conseil fédéral peu courageux dans son projet sur le trafic marchandises

Le SEV est déçu du projet concernant le trafic marchandises

Le Conseil fédéral veut à l'avenir considérer le trafic marchandises ferroviaire suisse comme ne faisant plus partie du service public. C'est ce qu'il faut en déduire du projet mis en consultation aujourd'hui. Le Syndicat du personnel des transports SEV considère que cette optique est erronée. Il attend de la Confédération un soutien inconditionnel en faveur du trafic marchandises par rail.

A première vue, le rapport du Conseil fédéral se positionne clairement en faveur du transport ferroviaire des marchandises. Mais le diable est dans les détails : si l'on y regarde de plus près, le Conseil fédéral déclare que c'est le marché qui déterminera le choix entre le rail et la route. «C'est une attitude intolérable : nous attendons de la Confédération une déclaration claire pour la promotion du trafic marchandises par rail» annonce le président SEV Giorgio Tuti.

Les déclarations sur l'avenir de CFF Cargo donnent particulièrement à réfléchir, ainsi que le renoncement explicite à fixer un objectif de transfert pour le trafic intérieur. Le peuple suisse a jusqu'à présent exprimé clairement lors de toutes les votations importantes qu'il soutient le principe "Pour vos marchandises, le rail". En plus, le rapport n'exclut ni une privatisation de CFF Cargo, ni la cessation absolue du trafic par wagons complets, au contraire il y fait directement allusion.

Le SEV attend de la Confédération qu'elle contribue activement et avec les mesures appropriées à ce que les marchandises soient transportées autant que possible sur le rail, aussi à l'intérieur du pays. Pour cela, il est nécessaire de reconnaître que le trafic marchandises constitue également une partie du service public afin qu'il soit soutenu par la main publique. La référence, une fois encore, aux exigences du marché ainsi que la réduction des moyens financiers qui est liée laissent craindre qu'avec ce rapport, un premier pas a été franchi par la Confédération pour la mise à mort du trafic marchandises intérieur, comme cela est déjà arrivé dans certains pays voisins.

Le SEV constate que dans les réflexions concernant l'exploitation, il y a des éléments qu'il peut cautionner, comme par exemple la suppression de la stricte priorité des sillons pour le trafic voyageurs. Il est également positif qu'aucun assouplissement des dispositions concernant le trafic poids-lourds ne soit prévu.

Le SEV va examiner le projet dans les détails dans le cadre de la procédure de consultation et remettre sa position à la Confédération. Il va aussi s'entendre avec la coalition Pro Cargo fondée l'année passée.

Ecrire un commentaire