| Communiqués de presse, Politique

Journée d'action européenne des syndicats de cheminots

«Ne touchez pas aux chemins de fer!»

Aujourd'hui dans l'Europe entière se déroulent des actions des syndicats de cheminots. Ces derniers s'opposent au 4ème paquet ferroviaire de l'UE qui tend à une libéralisation complète des chemins de fer, sans tenir compte des risques ni des inconvénients. Le SEV participe à cette journée d'action parce que la Suisse dépend étroitement de l'UE notamment en matière de transports.

Le Syndicat du personnel des transports SEV se préoccupe depuis longtemps et de manière intensive de la politique des transports de l'Union européenne. En effet, au vu de l'accord sur les transports terrestres avec l'UE, la Suisse est elle-aussi concernée par les décisions prises à Bruxelles. «Nous constatons chez nous une profonde volonté de toujours trop bien faire», souligne le président SEV Giorgio Tuti; citons par exemple le rapport d'expertise sur l'organisation de l'infrastructure ferroviaire qui est actuellement traité par le Conseil fédéral.

Dans le cadre de l'action organisée ce jour par la Fédération européenne des travailleurs des transports (ETF), le SEV adresse une lettre aux membres de la Commission des transports du Parlement européen. Dans ce courrier, le SEV explique que son congrès, l'organe suprême du SEV, a pris position récemment sur la politique des transports européenne. Dans son texte d'orientation «Europe», que le congrès a adopté en présence de la Conseillère fédérale Doris Leuthard, on peut lire entre autres: «L'ETF et le SEV veulent empêcher une libéralisation du trafic voyageurs par rail. Ils s'engagent contre une concurrence dans ce secteur car elle risque d’engendrer une pénurie pour les usagers et de mettre en danger les places de travail. Ils tentent en outre d'éviter le dumping salarial et social en se prononçant clairement pour le maintien des standards sociaux et pour la protection des travailleurs lors des mises au concours de prestations de transports publics sur la route et le rail.»

Les syndicats de l'ETF actifs dans les pays de l'UE s'adressent aujourd'hui au moyen de cartes postales directement aux parlementaires de l'UE. Sous le mot d'ordre «Ne touchez pas aux chemins de fer européens!» l'ETF affirme clairement sa position: «avec le 4ème paquet ferroviaire, la Commission européenne veut instaurer une totale libéralisation de tous les services de transport des voyageurs par rail et introduire le même modèle fragmenté dans tous les Etats membres. Malgré l'expérience découlant de la crise financière, la commission continue à vouloir appliquer ses dogmes néo-libéraux au rail et à prétendre que la libéralisation du marché est la solution miracle tout en ignorant les dommages déjà causés dans ce secteur par ladite libéralisation.»

Giorgio Tuti signale la contradiction élémentaire dans la position de l'UE: «la Suisse est toujours mentionnée comme le pays modèle en matière de chemins de fer et simultanément, les mêmes personnes exigent une séparation complète entre infrastructure et exploitation. Mais c'est justement le chemin de fer intégré – soit infrastructure et exploitation dans la même main – qui constitue l'élément principal du modèle à succès des CFF!»

Ecrire un commentaire