| Communiqués de presse

Contribution de la Confédération assurée pour la Caisse de pensions CFF

Soulagés mais pas totalement rassurés

Après le Conseil des Etats, le Conseil national s’est lui aussi prononcé aujourd’hui par une forte majorité en faveur d’un assainissement la Caisse de pensions CFF. La Confédération apporte ainsi sa contribution mais cela ne suffira pas à assainir complètement la caisse de pensions. Le personnel devra poursuivre sa contribution durant des années encore.

Le lobbyisme exercé durant des années par le SEV a eu du succès si l’on considère la situation politique actuelle avec réalisme. « La Confédération va enfin apporter la contribution due depuis longtemps à l’assainissement de la caisse de pensions, mais nous savons tous que la somme octroyée est en fait bien trop basse » souligne le président SEV Giorgio Tuti. La caisse de pensions n’a toujours pas de réserve de fluctuation. Afin d’en créer une, une contribution de l’Etat de plus de 3 milliards de francs aurait été nécessaire. La caisse de pensions se trouve donc toujours en équilibre entre soulagement et nouvelle chute libre. Les CFF et le personnel ont depuis longtemps apporté leur part de contribution à l’assainissement et ils vont devoir continuer à le faire.

La contribution fédérale décidée aujourd’hui (elle doit encore passer en votation en fin de session) est une compensation du traitement inégal infligé par la Confédération aux caisses de pensions anciennement sous sa régie lors de leur passage à l’autonomie. Pour le personnel CFF, il s’agit là d’une piètre consolation : ils ont entre-temps non seulement apporté leur contribution régulière à l’assainissement mais ils ont dû également accepter une augmentation de l’âge d’octroi de la rente et une détérioration massive des prestations de la caisse de pensions. Comme l’a dit la Conseillère fédérale Eveline Widmer-Schlumpf au Conseil des Etats : « Pour une rente plutôt en dessous de la moyenne par rapport à des salaires de même niveau, les employés des CFF paient aujourd’hui des cotisations particulièrement hautes. »

Le SEV ne comprend pas que des politiciennes et des politiciens, en particulier ceux de l’UDC, continuent à refuser cette solution et à s’exprimer en faveur d’un refus, envers et contre toute réalité. Ils ne sont heureusement pas parvenus à leurs fins. Le personnel des CFF ne bénéficie pas d’un cadeau avec cette contribution de la Confédération, il s’agit d’une part à laquelle il a droit.

Ecrire un commentaire