| Communiqués de presse

Le Syndicat rejette les considérations du Conseiller fédéral Leuenberger

Le SEV ne cautionne pas les plans de privatisation des CFF

Le Syndicat du personnel des transports SEV mettra tout en oeuvre pour empêcher la privatisation des CFF. Il soutient toutefois les projets qui mettent plus de moyens à disposition des chemins de fer dans le cadre d’une politique des transports sensée.

On pensait la page tournée ! Le peuple suisse a pourtant été clair et fait savoir ce qu’il tient d’un Etat qui brade ses biens les plus précieux. Et voilà maintenant que notre ministre des transports, Moritz Leuenberger parle d’une privatisation partielle des CFF ! Il a sans doute une oreille qui traîne en Allemagne où une décision similaire vient d’être prise. Le Syndicat du personnel des transports SEV exhorte à un peu plus de recul. Prenons l’exemple du gouvernement de la Nouvelle-Zélande qui a décidé récemment de racheter l’entreprise nationale de chemins de fer en déclarant que la privatisation avait été une erreur.

A l’occasion de la votation concernant le marché des énergies, le peuple suisse a démontré très clairement qu’il ne veut pas lâcher ses biens les plus précieux dont le réseau ferroviaire et les trains font sans conteste partie. Cette pierre d’angle posée ces dernières années comme un fait acquis, il est surprenant de voir aujourd’hui Monsieur Leuenberger ressortir des idées du siècle dernier…

Le SEV sait pertinemment que les chemins de fer suisses ont besoin de moyens supplémentaires pour adapter les infrastructures à la croissance et au développement du transport des personnes et des marchandises. Et les bonnes idées ne manquent pas ! Le SEV est extrêmement intéressé, par exemple, par le projet d’initiative de l’ATE pour un financement durable des transports publics. En temps voulu, nous considérerons la question du soutien de cette initiative.


Pour de plus amples renseignements: 031-357 57 50 und 079-357 99 66,

Ecrire un commentaire