| Actualité / journal SEV

Nouvelle tête au SEV

Patrick Kummer

Depuis le 1er avril, Patrick Kummer est responsable, en tant que secrétaire syndical SEV, des divisions CFF Entreprise et Immobilier ainsi que du personnel de Login. Il fait en outre partie du team salaires SEV.

Patrick Kummer a grandi dans la vallée zurichoise de la Limmat. Il a suivi un apprentissage de commerce chez Danzas (aujourd’hui DHL) et est passé chez Panalpina. Après son service militaire et un séjour en Amérique du Nord ainsi qu’au Népal, il a obtenu un bachelor en économie d’entreprise à la Haute école de Zurich. À côté de cela, il a travaillé aux ressources humaines de la fondation ESPAS pour l’intégration sociale et professionnelle des personnes qui n’ont plus une pleine capacité de rendement pour des raisons de santé. Patrick s’est ensuite occupé de développement du personnel pendant une année et demie à l’Office fédéral de l’informatique et de la télécommunication (OFIT), puis a travaillé durant deux ans chez RM Group (développement des affaires). Un travail par trop axé sur la recherche du profit. Il est donc passé, en janvier 2016, du côté des travailleurs et travailleuses et est devenu conseiller de carrière auprès de la Société des employés de commerce (SEC), puis responsable du secrétariat de l’association cantonale.

Dans cette organisation, il s’est avant tout occupé de la fusion de sections de la SEC, de réformes structurelles internes de cette dernière et du risque de fermeture d’écoles professionnelles suite aux réformes de la formation mises en œuvre dans le canton d’Argovie. Patrick a répondu à l’offre d’emploi du SEV parce qu’il souhaite être plus en contact direct avec les membres et veut avoir davantage d’activités à proprement parler syndicales. L’engagement politique plus soutenu du SEV pour les salarié-e-s et le service public est davantage en accord avec ses positions personnelles. Patrick pourra en outre apporter son expérience professionnelle en ressources humaines, développement du personnel et location de services, en plus des formations continues qu’il a suivies en formation d’adultes, coaching et gestion de projets.

Travail temporaire, planification de carrière et numérisation

Dans les faits, on trouve pas mal de travailleurs et travailleuses temporaires dans les divisions CFF dont Patrick Kummer est responsable. Selon lui, «étant donné les importantes marges des loueurs de services, les engagements directs seraient fondamentalement plus avantageux pour le personnel et les employeurs.» Patrick connaît aussi l’importance croissante de la planification de carrière et de la formation continue. «Ici, le SEV a un rôle important à jouer. Notamment en leur garantissant l’accès à ces prestations et contraignant les employeurs à assumer leur responsabilité.»

De par sa propre expérience, Patrick connaît aussi les nouvelles formes de travail flexibles qui font que l’on travaille à différents endroits. Ou à la maison, le soir, après être allé chercher les enfants à la crèche et s’en être occupé. «Le SEV veut veiller à ce que le personnel puisse profiter des avantages que présentent les différentes formes du travail numérisé et que les désavantages ne prennent pas le dessus. Il est important d’instaurer un droit à ne pas être joignable, comme le prévoit la nouvelle CCT des CFF. Le temps de travail doit être fixé et le temps en plus payé ou compensé.»

Les réorganisations

Les constantes réorganisations, comme en ce moment précis «Operating Model Finance» (OMF), sont aussi un défi pour les collaborateurs et collaboratrices des CFF. «Les collègues ont peur pour leur emploi, certains souffrent de surcharge de travail, de stress, de troubles du sommeil et d’autres problèmes de santé», nous dit Patrick. Si une réorganisation est acceptable, le SEV l’accompagne en réclamant une application qui soit correcte et supportable pour le personnel et, si nécessaire, soutient ceux qui sont concernés. «Etant donné que la pénurie de main-d’œuvre qualifiée augmente, les CFF devraient, aussi dans leur propre intérêt, tout entreprendre pour encourager le personnel, lui permettre de se perfectionner et le traiter correctement afin de rester attrayants sur le marché du travail.»

Comment veut-il maintenir et augmenter le taux de syndicalisation du SEV dans ses divisions CFF? «Beaucoup de jeunes collaborateurs et collaboratrices n’ont encore jamais été en contact avec des syndicats et ne savent pas du tout ce que le SEV a obtenu pour eux, comme lors des négociations de la CCT. Le congé de paternité de 20jours aux CFF n’en est qu’un exemple. Cela, nous devons le leur expliquer et les persuader de l’utilité d’une adhésion. Unis, nous sommes forts, c’est aussi vrai à l’époque numérique.»

Patrick Kummer vit à Berne avec sa femme et ses deux garçons (3 et 22 mois). Il participait autrefois à des marathons et à des semi-marathons. Mais en ce moment, il manque de temps pour cela.

Markus Fischer
Enable JavaScript to view protected content.

Ecrire un commentaire