| Actualité / journal SEV, Syndicat

Le sondage SEV montre en détail les domaines dans lesquels il faut négocier

Salaire, temps et évaluation

Des salaires initiaux trop bas et des augmentations incertaines ont des conséquences sur la satisfaction des jeunes. Les évaluations du personnel sont quant à elles une source d’énervement.

Les moins de 30 ans et ceux qui ont moins de 5 ans de service disent deux fois plus souvent que les autres que le salaire ne correspond pas au travail. Ça vaut la peine de le souligner, car cette catégorie d’âge est en revanche plus satisfaite que les plus âgés dans les autres domaines. En tout, ce sont 56 % des personnes questionnées qui s’estiment satisfaites de leur salaire. Cela correspond à d'autres sondages réalisés en Suisse.

Deux autres sujets liés au salaire apparaissent souvent dans les commentaires écrits: Toco est encore et toujours une source d’insatisfaction chez les membres et une suppression des garanties de salaire serait inacceptable.

Planifier ne suffit pas

En matière de temps de travail, les règles générales sont acceptées: la semaine de 41 heures et la longueur des vacances obtiennent de bonnes notes. La pression au travail se fait par contre clairement sentir: pour un tiers des personnes sondées, le temps à disposition ne suffit pas pour effectuer le travail demandé et beaucoup estiment que la planification n’est pas satisfaisante. Il y a néanmoins de grosses différences entre les catégories professionnelles à ce sujet: la RPV et la LPV jugent ce point de façon beaucoup plus négative que les autres sous-fédérations.

Ce sont surtout les jeunes hommes qui trouvent que les possibilités d’être engagés à temps partiel sont insatisfaisantes.

Evaluations : source d’énervement

Seul un tiers des sondés estime que les évaluations du personnel sont un bon instrument. Un quart désapprouve complètement ce procédé. Les effets des évaluations sur le salaire sont rejetés pratiquement dans la même proportion.

Des résultats pertinents sur les différents thèmes de la CCT.