| Actualité / journal SEV, Focus.SEV

La sous-fédération VPT a de nouvelles structures depuis le début de l’année

Le « petit SEV » mise sur les branches

Le projet de fusion du SEV et du Syndicat de la communication prévoyait des structures par branches pour le nouveau syndicat. Après que les organes décisionnels du SEV eurent refusé le projet de fusion, la question de la manière dont le SEV devait se réformer pour poursuivre son travail syndical en se modernisant se posait. La sous-fédération du personnel des entreprises de transport privées (VPT) a décidé de poursuivre l’idée des structures par branches.

Pour la VPT, une claire distinction entre les affaires statutaires et le travail syndical figurait au tout premier plan de la réforme des structures. Celles-ci devaient permettre un travail syndical plus efficace, pouvoir être maîtrisées par les syndicalistes de milice de la VPT ; elles devaient être et rester compréhensibles pour les membres de la base dans les sections.

Si la VPT s’est décidée pour la solution des branches, c’est parce que c’est là que le travail syndical est effectué. Deux groupes de travail ont commencé à élaborer ces nouvelles structures et à débattre de questions comme : quels groupes faut-il prévoir ? quelles sont les conséquences financières ? quelles modifications faut-il faire dans les statuts et dans le règlement de gestion ? En 2009, le Comité central (CC) VPT a clairement approuvé la nouvelle solution des branches : les assemblées des branches Rail, Bus et Navigation sont maintenues. S’y ajoutent des assemblées de branche pour les retraités, nombreux, et pour les collaboratrices et collaborateurs de la branche Tourisme ; ils pourront y débattre de leurs problèmes et revendications spécifiques. D’autres branches pourront s’ajouter plus tard à ces cinq, selon les besoins.

Trois nouvelles-anciennes branches

La VPT a adapté son règlement de gestion au 1er janvier 2010. Les tâches et compétences des nouvelles branches y sont spécifiées. Chaque branche organise au moins une assemblée par année ; sa direction est assurée par des responsables de branche qui font partie du Comité central.

La branche Rail comprend les quelque 3800 membres VPT qui travaillent dans ce qu’on nomme les chemins de fer privés. Les responsables de branche sont Bruno Müller de la section VPT-SOB, Jean-François Milani de la section du Jura, Bernhard Siegenthaler de la section BLS et Calogero Ferruccio Noto de la section Services ferroviaires. Le secrétaire SEV responsable est Nick Raduner. Le thème principal de l’assemblée de branche du 16 février à Olten a été la concurrence dans le secteur ferroviaire.

Les quelque 2200 membres VPT qui sont employés par des entreprises de bus forment la branche Bus-GATU. L’association fondée en 1994 sous le nom de « Groupe autonome des transports urbains » (GATU) par des sections VPT d’entreprises du trafic urbain de Suisse occidentale et qui comptait 1800 membres environ s’est intégrée dans cette branche, après quelques difficultés initiales, à la grande satisfaction de tous. Les conducteurs de bus de toutes les régions linguistiques collaborent ainsi encore plus étroitement sous un toit commun au sein de la VPT.

L’assemblée du 22 février à Olten a élu au comité de branche : Vincent Leggiero de la section VPT-TPG, Gilbert D’Alessandro de la section TPF-urbains, Peter Bernet de la section TPL, Ernst Rufener de la section STI et Johan Pain de la section TL. Les trois derniers sont en même temps membres du CC-VPT. Côté SEV, le secrétaire syndical Christian Frankhauser est responsable de la branche. Celle-ci traite actuellement de la santé et de la sécurité à la place de travail, de la Loi sur la durée du travail (LDT) et de questions en relation avec la Loi sur la circulation routière (LCR).

La plupart des employés organisés des sociétés de navigation sur les lacs suisses, env. 450 membres VPT, font partie de la branche Navigation. Les responsables de cette branche et membres du CC sont Barbara Schraner de la section VPT-Lac de Zurich et Patrick Clot de la VPT-Léman. Le secrétaire syndical SEV responsable est Olivier Barraud. Lors de l’assemblée de branche du 27 janvier, les thèmes brûlants ont été les problèmes de la navigation sur le lac de Constance et ceux de la CGN – sans oublier la lancinante question de la durée du travail : ses prescriptions doivent aussi être respectées en haute saison et sur les longues courses, malgré des effectifs limités. Lors des dernières assemblées, l’ordonnance sur la navigation intérieure a aussi fait l’objet de fréquents débats.

Structure du VPT

Structure du SEV

Le grand potentiel de la branche Tourisme

La première assemblée de la branche Tourisme a eu lieu le 15 janvier au Centre de compétence des remontées mécaniques à Meiringen. Elle a mis en évidence l’importance de la défense des intérêts des travailleuses et travailleurs des entreprises du secteur touristique. Celles-ci ont une orientation très saisonnière, ce qui, pour les employé-e-s, ne facilite pas une bonne formation ni l’obtention de conditions de travail correctes et progressistes, tout particulièrement dans le domaine des remontées mécaniques. Les employés des services des pistes et ceux des ski-lifts ont des conditions difficiles en ce qui concerne la durée du travail, avec des temps de présence étendus et pas de suppléments. La tendance, dans le domaine de la sécurité, est de reporter la responsabilité sur les employé-e-s. Le SEV doit toujours rappeler que les prescriptions sont là pour être respectées. Comme première mesure, il réclame que les services de piste soient à nouveau soumis à la Loi sur la durée du travail.

Trois questions au président central VPT Kurt Nussbaumer

contact.sev : Qu’est-ce qui a changé au Comité central ?

Kurt Nussbaumer : Le CC a été réduit de 27 à 20 membres. Chaque branche a des mandats du CC selon le nombre de ses membres : rail 4, bus-Gatu 3, bateaux 2, tourisme 2 et retraités 2. Les membres du CC sont maintenant élus par les assemblées de branche et non plus par les assemblées de délégués (AD). Autre nouveauté, le CC doit décider du budget. Nous comptons sur les liens directs des membres du CC avec les branches pour que les points syndicaux essentiels remontent au CC, et pour améliorer ainsi la relation avec la base. Chaque branche doit arriver au CC avec des thèmes, qui pourront ensuite être traités à l’AD, au comité du SEV mais aussi au congrès. Il faut d’abord exercer le tout une fois.

Bien sûr, aucune des cinq branches ne doit être désavantagée?

Chaque branche s’est vu accorder les mêmes droits. Elles peuvent mettre en place leur propre comité de branche et aussi définir leurs propres activités et points essentiels, dans les limites bien sûr des budgets définis pour les branches. Nous espérons de ces libertés une augmentation des activités à l’intérieur des branches, au profit de nos membres.

La réforme des structures est accomplie. Quels sont les prochains projets de la VPT ?

Nous voulons avant tout laisser « vivre » les structures des branches, mais sans craindre de procéder à d’éventuelles adaptations. Notre but reste d’offrir à nos membres une bonne plate-forme (sous-fédération) avec des structures efficaces. Ce qui ne doit naturellement pas manquer est un recrutement actif de membres. Mon but est que la VPT ait à nouveau à l’avenir plus de 11 000 membres. Ce qui peut et doit aussi encore être amélioré est le contact avec les sections, en collaboration avec les personnes de référence des sections SEV.

Questions : Fi / hk

Seul un syndicat fort peut obtenir de meilleures conditions de travail. Malheureusement, dans le domaine touristique, sur les quelque 10 000 salariés d’environ 650 entreprises, il n’y en a que 500 en chiffre rond qui sont organisés à la VPT. Le potentiel de recrutement est encore énorme – ce n’est pas le boulot qui va manquer !

Andreas Häsler de la section VPT-Chemins de fer de la Jungfrau et Eric Russi de la section VPT-MGB ont été élus responsables de branche et membres du Comité central. Le secrétaire syndical SEV responsable est Hans Bieri qui s’occupe des membres de la branche Tourisme avec Peter Peyer, secrétaire syndical régional SEV à Coire

La branche des retraités – une force importante aussi

La VPT comptait env. 3400 retraités au 1er janvier, ce qui correspond à presque un tiers des 10 350 membres de la VPT. C’est d’autant plus important qu’il ne faut pas que les revendications des retraités soient négligées. C’est pourquoi il va de soi pour la VPT qu’elle doit aussi organiser des assemblées de branche pour eux.

La première assemblée de retraités VPT a eu lieu le 16 octobre à Berne et a rencontré un grand intérêt : 66 collègues des deux sexes étaient présents. Le secrétaire central de l’USS Peter Sigrist a présenté un exposé sur « la pauvreté des personnes âgées en Suisse » et sur l’intégration des bénéficiaires de rentes dans l’économie. Il n’y a quasiment pas de privilégiés parmi les employés retraités des transports publics. Le SEV se bat pour le maintien de rentes décentes aussi bien dans l’AVS que dans le 2e pilier. L’après-midi, la conseillère nationale Silvia Schenker a parlé de la situation actuelle et de l’avenir des assurances sociales en Suisse. Hélas, les politiciennes et politiciens des partis bourgeois veulent démanteler tout l’édifice des assurances sociales. Il faut être attentifs à ce que l’assainissement des caisses de pensions ait lieu paritairement et pas seulement sur le dos des assurés ni sur celui des retraités.

Les facilités de voyage (FVP) sont un sujet récurrent de discussions parmi les bénéficiaires de rentes car pouvoir utiliser les transports publics à bon compte est très important pour eux. Le SEV ne peut hélas agir que de manière limitée dans ce dossier car il n’est pas représenté dans l’organe décisionnel de l’UTP.

Marc-Henri Brélaz et Felix Murk, tous deux membres du CC, ont été élus responsables de cette branche. C’est le secrétaire syndical SEV Vincent Brodard qui répond pour cette branche.

Les requêtes de la base parviennent directement aux organes dirigeants

La libéralisation et la concurrence dans les transports publics continuant de progresser et les défis se faisant toujours plus vastes et compliqués, il est nécessaire de s’organiser pour un travail syndical efficace et porteur d’avenir.

La VPT est aujourd’hui bien armée pour cela : avec ses cinq branches, le travail syndical se rapproche encore plus des membres de la base ; ceux-ci peuvent amener leurs requêtes et les discuter lors des assemblées de branche. Deux représentant-e-s de chaque branche présentent directement ces requêtes au CC, l’organe directeur de la VPT, et la Commission centrale y puise les sources de son activité. Le président central Kurt Nussbaumer et Gilbert D’Alessandro représentent la Commission centrale au Comité SEV. Ils peuvent soumettre les dossiers importants et les revendications à cet organe stratégique de notre syndicat. La VPT est ainsi parée pour l’avenir.

Christian Neff
Secrétaire central VPT/sa

Ecrire un commentaire