CFF

Infrastructure CFF : pas de précipitation !

La Direction des CFF vient de demander un milliard de francs pour l’entretien de l’infrastructure.Enfin, pourrait-on dire... puisqu’en effet, nous relevons depuis longtemps que l’entretien préventif est négligé. Le personnel n’est pas en cause, qui fait le maximum pour que l’exploitation se déroule au mieux, mais les moyens financiers manquent cruellement.

Qu’est-ce que cela signifie ? Ces dernières années, les restructurations se sont succédées dans l’Infrastructure CFF. Il faut que cela cesse ! Un projet de réorganisation ne doit pas être lancé avant même que le précédent ne soit terminé. Notre revendication est dès lors très claire : pas de précipitation !

Concrètement :

  1. Ne pas se lancer dans un nouveau projet de réorganisation, qui aura pour effet de supprimer des postes et de perdre du savoir-faire.
  2. Analyser attentivement la situation.
  3. Entreprendre tout ce qui est nécessaire au maintien d’un réseau efficace et d’une exploitation sûre.

Nous sommes aussi de l’avis que de gros moyens financiers sont indispensables. Ceci, afin que le savoir-faire et l’expérience disponibles soient conservés et transmis et que le savoir-faire perdu au gré des restructurations soit rétabli.

Les investissements dans l’entretien sont aussi des investissements dans le savoir-faire. Un savoir-faire qui devrait être développé au sein de l’entreprise, afin d’être disponible à long terme. En d’autres termes, l’amélioration de l’entretien a pour corollaire une augmentation des ressources en personnel.

Le personnel est prêt à tout mettre en oeuvre pour une exploitation ferroviaire sûre et fiable. Il ne faut pas presser le citron, mais plutôt mettre les moyens financiers et humains à disposition pour l’avenir du rail !

Ecrire un commentaire